« Flamme en ville » ou l’inutilité d’un nouveau réacteur nucléaire.

L’EPR (Europea Pressurized Reactor) le réacteur le plus sûr cher de l’hexagone s’est fait épinglé en début dété par ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire). Cette dernière relevant des « écarts » et « faiblesses » lors d’une inspection sur le site.

Matériaux non adaptés.

Dans un rapport,  Jean-Luc Lachaume, directeur général adjoint de l’Autorité de sûreté nucléaire déclare « qu’EDF devra faire des efforts importants pour démontrer la qualité finale de la construction de Flamanville« . Lors de ces contrôles les inspecteurs relèveront pas moins de treize infractions, Parmi elles on notera que certaines pièces essentielles pour la sûreté du réacteur avaient été achevées avant même que les procédures de contrôle qualité ne soient mises au point : « La qualité de ces matériels, n’est pas démontrée, et leur utilisation sur Flamanville n’est possible. »  En 2008 déjà le chantier avait du être arrêté. à la demande de l’ASN, car des malfaçons dans la qualité du béton avait été constatées. sic…

On oublie Fukushima !!!

À Fukushima on se souviendra que l’accident suite au tsunami s’est transformé en catastrophe nucléaire parce que les équipements de secours n’ont pas fonctionné. Or à Flamanville certains de ces équipements ont été achevés sans que leurs plans de construction n’aient été vérifiés et approuvés par l’autorité de contrôle. On oublie la proximité de ce réacteur avec le bord de mer.
On se doute bien qu’EDf devrait rapidement mettre en oeuvre des travaux afin de se mettre en conformité et rassurer les plus inquiets d’entre nous. Sauf que chacun d’entre nous sait pertinemment que le risque zéro n’existe pas et personnellement j’ai toujours du mal à faire confiance à nos grands groupes industriels (mais bon ça n’engage que moi ça ^^) .

Mais quid du risque terroriste ? Sur ce point EDF botte en touche en précisant que la gestion de ce risque revient à l’état et non pas à l’entreprise. En gros si la moitié de l’Europe est irradiée suite à une « pluie d’airbus » faudra s’en prendre à l’état pas à eux…

Pourquoi construire ce réacteur ?

 Bonne question puisque ça pourrait être dangereux pourquoi prendre un tel risque même minime ? Ben pour faire tout plein d’électricité !.. Ouf suis sauvé vais pouvoir laisser branché mon ordinateur et finir d’écrire cet article sans risque de coupure.
Sauf qu’il semblerait qu’on ai pas vraiment besoin de toute cette électricité en plus et que l’on aurait pu 
investir ces sommes dans la recherche où des solutions moins « explosives » comme le solaire, l’isolation de l’habitat, une meilleure gestion de l’éclairage privé et public…  Trop cher qu’on nous dit !!! Avec un budget final qui devrait atteindre les 6 Milliards d’euros (environ 3 Milliards prévus au début) ça fait cher le prix du Watt …

Pour conclure, je trouve quand même dommage qu’on laisse de coté la recherche et le développement d’énergies alternatives, sachant que le risque zéro n’existe pas en sûreté nucléaire et que parier sur l’avenir en mettant toutes ses billes dans un même  panier n’est jamais la solution idéale.

Dans la même lignée je tenterais de vous pondre un petit truc sur le site de Cadarache qui se trouve lui à la croisée de deux failles sismiques et qui comprend pas moins de 21 installations nucléaires de base…

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 1 autre abonné