Profiter du Média center gratuitement sous Windows 8

A des fins de test et par curiosité j’ai fait la mise à jour à « petit prix » de Seven à Windows 8. De base l’OS ne propose pas les options de Media Center qui permettent entre autres de regarder et d’enregistrer la TV. En temps normal il vous faudrait débourser 10 €. Microsoft après avoir bradé sa nouvelle mouture d’OS vous propose donc de profiter du Média Center gratuitement et ce jusqu’au 31 Janvier 2013.

Pour télécharger le soft rendez vous sur le site de microsoft et suivez les instructions.

Porte clé Lego

Il y a longtemps que je n’ai plus rien posté ici par manque de temps. Voici un petit Hack Lego repris à ma sauce :

 

Fête du travail…

Nos gouvernants persistent à monter les Français les uns contre les autres. En effet « Talonnette » veut organiser une contre-manifestation lors de la Fête du Travail le 1er mai. On aurait du le voir venir avec ses gros sabots depuis quelques temps lors de ses attaques en règle contre les syndicats. On aurait du s’inquiéter quand il a fait « gazer » les mecs de Florange venus discuter à son siège de campagne. Il politise le mouvement syndical alors qu’il affirmait il y a peu que les dirigeants syndicaux devait s’en tenir à la lutte sociale et non politique ( Source ).

«Nous tous, on a aussi le droit de parler du travail, de vanter le travail. J’ai vu que M. Hollande n’était pas content mais je ne savais pas que le 1er mai avait été privatisé par le Parti socialiste»«Le vrai travail, c’est celui qui a construit toute sa vie sans rien demander à personne, qui s’est levé très tôt le matin et s’est couché très tard le soir, qui ne demande aucune félicitation, aucune décoration, rien»«Le vrai travail, c’est celui qui est exposé à la concurrence, c’est celui qui, s’il ne va pas à son travail, il n’aura rien (…) le vrai travail, c’est celui qui n’est pas protégé de toutes les crises. J’ai envie que cette France du travail se réunisse le 1er mai et j’ai envie de lui parler de notre conception du travail».

Après avoir sacrifié à l’autel de la finance l’éducation, la santé, la culture, la retraite…  Ce gouvernement va maintenant s’attaquer aux acquis sociaux qu’il nous reste. Pourquoi il ne défile pas au milieu des travailleurs et des ouvriers ? Le 1er mai est là pour nous rappeler et rappeler aux gouvernants les luttes passées qui ont permis de protéger les plus fragiles, les plus mal lotis.

Camarades précaires, Rmistes, chômeurs, accidentés de la vie, vous en baviez et bien dites vous que ce n’est que le début. Parasites de tout le pays unissez vous !!! Et bottez le cul de ces bonimenteurs qui nous gouvernent.

Piratebox

La Piratebox est un petit routeur Wifi nomade (avec l’utilisation d’une batterie additionnelle). Mais que faire d’un routeur nomade me direz vous ? Tout simplement permettre le partage de données libres de droit dans un internet de plus en plus fliqué de manière totalement anonyme et sans passer par internet. Ce concept a été inventé par David Darts mais aujourd’hui simplifié et amélioré par un professeur Lillois. En effet pour environ 40 Euros vous pouvez vous lancer dans l’aventure grâce à un petit routeur sans fil, une clé usb et un simple câble Ethernet.

Mais quel intérêt puisque pour partager des données libres chacun peut le faire avec une simple clé USB ou un disque dur nomade ? Pousser un maximum de gens à fabriquer sa Pirate box permettrait de créer un réseau maillé totalement indépendant d’internet.

Plus d’info et tutos ici

Le Manifeste du hacker ou La conscience d’un hacker

Un autre s’est fait prendre aujourd’hui,
c’est partout dans les journaux.
« Scandale: Un adolescent arrete pour crime informatique »
« Arrestation d’un ‘hacker’ apres le piratage d’une banque »…
Satanes gosses, tous les mêmes.
Mais avez vous, dans votre psychologie en trois piece
et votre profil technocratique de 1950,
un jour pense regarder le monde derrière les yeux d’un hacker ?
Ne vous etes vous jamais demande ce qui l’avait fait agir,
quelles forces l’avaient modelé ?

Je suis un hacker, entrez dans mon monde…
Le mien est un monde qui commence avec l’école…

Je suis plus astucieux que la plupart des autres enfants,
les conneries qu’ils m’apprennent me lassent…
Je suis au collège ou au lycée.
J’ai écoute les professeurs expliquer pour la quinzième fois
comment réduire une fraction. Je l’ai compris.
« Non Mme Dubois, je ne peux pas montrer mon travail.
Je l’ai fait dans ma tête. »
Satane gosses.
Il l’a certainement copié. Tous les mêmes.

J’ai fait une découverte aujourd’hui.
J’ai trouvé un ordinateur.
Attends une minute, c’est cool. Ca fait ce que je veux.
Si ça fait une erreur, c’est parce que je me suis planté.
Pas parce qu’il ne m’aime pas…
Ni parce qu’il se sent menacé par moi…
Ni parce qu’il pense que je suis petit filou…
Ni parce qu’il n’aime pas enseigner et qu’il ne devrait pas être la…
Satanes gosses.
Tout ce qu’il fait c’est jouer.

Et alors c’est arrivé…
une porte s’est ouverte sur le monde…
Se précipitant a travers la ligne téléphonique
comme de l’héroïne dans les veines d’un accro,
une impulsion électronique est envoyée,
on recherche un refuge a l’incompétence quotidienne…
un serveur est trouvé.

Vous vous repetez que nous sommes tous pareils…
On a été nourri a la petite cuillère de bouffe pour bébé
a l’école quand on avait faim d’un steak…
Les fragments de viande que l’on nous a laisse étaient pre-machés et sans gout.
On a été dominés par des sadiques
ou ignore par des apathiques.
Les seuls qui avaient des choses a nous apprendre
trouvèrent des élèves volontaires,
mais ceux ci sont comme des gouttes dans le desert.

C’est notre monde maintenant…
Le monde de l’électron et de l’interrupteur, la beauté du baud.
Nous utilisons un service déjà existant,
sans payer ce qui pourrait être bon marche
si ce n’était pas la propriété de gloutons profiteurs,
et vous nous appelez criminels.
Nous explorons…
et vous nous appelez criminels.
Nous recherchons la connaissance…
et vous nous appelez criminels.
Nous existons sans couleur de peau, sans nationalite, sans dogme religieux…
et vous nous appelez criminels.
Vous construisez des bombes atomiques, vous financez les guerres,
vous ne punissez pas les patrons de la mafia aux riches avocats,
vous assassinez et trichez, vous manipulez et nous mentez en essayant
de nous faire croire que c’est pour notre propre bien être,
et nous sommes encore des criminels.

Oui, je suis un criminel.
Mon crime est celui de la curiosité.
Mon crime est celui de juger les gens par ce qu’ils pensent
et disent, pas selon leur apparence.
Mon crime est de vous surpasser, chose que vous ne me pardonnerez jamais.
Je suis un hacker, et ceci est mon manifeste.
Vous pouvez arrêter cet individu, mais vous ne pouvez pas tous nous arrêter…
après tout, nous sommes tous les mêmes.

Texte écrit par Loyd Blankenship Aka ++The Mentor++ suite à son arrestation en 1986.

Source

Déclaration d’indépendance du cyberespace

Parce qu’il est bon de la relire voici une traduction récupérée sur Scoop.it :

Gouvernements du monde industrialisé, géants fatigués de chair et d’acier, je viens du cyberspace, le nouveau domicile de l’esprit. Au nom du futur, je vous demande, à vous qui appartenez au passé, de nous laisser en paix. Vous n’êtes pas les bienvenus parmi nous. Vous n’avez aucune souveraineté sur le territoire où nous nous assemblons.

Nous n’avons pas de gouvernement élu, et il est peu probable que nous en ayons un un jour : je m’adresse donc à vous avec la seule autorité que m’accorde et que s’accorde la liberté elle-même. Je déclare que l’espace social global que nous construisons est naturellement indépendant des tyrannies que vous cherchez à nous imposer. Vous n’avez aucun droit moral à nous gouverner, et vous ne possédez aucun moyen de faire respecter votre autorité que nous ayons de bonnes raisons de craindre.

Les gouvernements trouvent le fondement de leur pouvoir légitime dans le consentement des personnes qu’ils gouvernent. Vous n’avez ni sollicité ni obtenu le nôtre. Nous ne vous avons pas invités. Vous ne nous connaissez pas, et vous ne connaissez pas non plus notre monde. Le cyberspace ne se trouve pas à l’intérieur de vos frontières. Ne pensez pas que pouvez le construire comme s’il était un de vos Grands Travaux. Vous n’y arriverez pas. C’est un phénomène naturel qui croît de lui-même, par nos actions collectives.

Vous n’avez pas pris part aux grands débats qui nous ont réunis, et vous n’avez pas non plus créé la richesse de nos marchés. Vous ne connaissez ni notre culture, ni notre éthique, ni les codes non-écrits qui ordonnent déjà notre société mieux que ne pourraient le faire n’importe lequel des règlements que vous prétendez nous imposer.

Vous dites qu’il existe chez nous des problèmes que vous devez résoudre. Vous prenez prétexte de cela pour faire intrusion dans notre espace. Beaucoup de ces problèmes n’existent pas. Là où il y aura de véritables conflits, là où des torts seront effectivement causés, nous les identifierons et nous les traiterons avec nos moyens. Nous sommes en train de mettre en place notre propre Contrat Social. Nous nous gouvernerons en fonction des conditions qui prévalent dans notre monde, pas dans le vôtre. Car notre monde est différent.

Le cyberspace est fait de transactions, de relations et de pensée, circulant en un flot ininterrompu sur nos canaux de communication. Notre monde est à la fois partout et nulle part, mais il ne se trouve pas là où vivent les corps.

Nous sommes en train de créer un monde ouvert à tous, sans privilège ni préjugé qui dépende de la race, du pouvoir économique, de la puissance militaire ou du rang à la naissance.

Nous sommes en train de créer un monde où chacun, où qu’il soit, peut exprimer ce qu’il croit, quel que soit le degré de singularité de ses croyances, sans devoir craindre d’être forcé de se taire ou de se conformer.

Les concepts de votre droit en matière de propriété, d’expression, d’identité, de mouvement et de circonstances ne s’appliquent pas à nous. Ils ont leur fondement dans la matière, et il n’y a pas de matière ici.

Nos identités n’ont pas de corps : donc, contrairement à vous, nous ne pouvons pas faire régner l’ordre au moyen de la force physique. Nous pensons que c’est à travers l’éthique et l’intérêt bien compris de chacun et de la communauté dans son ensemble que va surgir notre mode de gouvernement. Nos identités sont probablement dispersées à travers un grand nombre de vos juridictions. La seule loi que toutes les cultures qui nous constituent seraient prêtes à reconnaître est la Règle d’Or de l’éthique. Nous espérons que nous serons capables de construire nos propres solutions sur cette base. Mais nous ne pouvons pas accepter les solutions que vous essayez d’imposer.

Aux États-Unis, vous venez aujourd’hui de créer une loi, la loi sur la réforme des télécommunications, qui renie votre propre Constitution et qui est une insulte aux rêves de Jefferson, Washington, Mill, Madison, Tocqueville et Brandeis. C’est nous qui devons maintenant faire renaître ces rêves.

Vous avez une peur panique de vos propres enfants, car ils sont nés dans un monde où vous serez à jamais immigrants. Parce que vous avez peur d’eux, vous confiez à vos bureaucraties les responsabilités parentales que vous êtes trop lâches pour exercer vous-mêmes. Dans notre monde, tous les sentiments et toutes les expressions de l’humain, du plus dégradant au plus angélique, font partie d’un tout inséparable, l’échange global des octets. Il n’est pas possible de séparer l’air qui peut éventuellement étouffer certains de ceux qui le respirent de celui qui permet aux oiseaux de voler.

En Chine, en Allemagne, en France, en Russie, à Singapour, en Italie et aux États-Unis, vous essayez de tenir à l’écart le virus de la liberté en érigeant des postes de contrôle sanitaire aux frontières du cyberspace. Peut-être que ceux-ci empêcheront la contagion un certain temps, mais ils ne fonctionneront pas dans le monde de l’omniprésence des médias transporteurs d’octets.

Vos industries de l’information, de plus en plus obsolètes, cherchent à se perpétuer en proposant des lois, en Amérique et ailleurs, qui ont la prétention de confisquer à leur profit jusqu’à la parole même à travers le monde. Ces lois cherchent à transformer les idées en un produit industriel comme les autres, au même titre que les lingots de fonte. Dans notre monde, tout ce que l’esprit humain peut créer peut être reproduit et distribué à l’infini sans que cela ne coûte rien. Le transmission globale de la pensée n’a plus besoin de vos usines pour se faire.

Ces mesures de plus en plus hostiles et colonialistes nous placent dans la même position que les amoureux de la liberté et de l’auto-détermination qui lors d’époques précédentes ont dû rejeter l’autorité de pouvoirs distants et mal informés. Il nous faut déclarer que nos identités virtuelles ne sont pas soumises à votre souveraineté, alors même que nous continuons à consentir à ce que vous gouverniez nos corps. Nous allons nous disperser sur toute la planète de manière à ce que personne ne puisse arrêter nos idées.

Nous allons créer une civilisation de l’esprit dans le cyberspace. Puisse-t-elle être plus juste et plus humaine que le monde qu’ont construit vos gouvernements auparavant.

Davos, Suisse, le 8 février 1996, par John Perry Barlow

– Publié en français par le webzine « Cybersphere », aujourd’hui disparu. Traduction par Diogène.

Tous des terroristes…

Il y a quelque temps j’avais parlé ici même de la dérive des britanniques à vouloir surveiller et intercepter les communications sur mobile. Le gouvernement Britannique (déjà champion de télésurveillance) ne s’arrête pas là puisque qu’il a pour projet de permettre à un de ses services de renseignement de surveiller toutes les conversations téléphoniques, tous les courriels voire toute activité en ligne sur le territoire. Comment ? En faisant appel aux FAI. En effet ceux derniers devront pouvoir mettre en place un système permettant aux services de sécurité d’intercepter en temps réel pour n’importe quel internaute ou abonné téléphonique les communications.

Quel intérêt pour le gouvernement d’intercepter autant de données?

Le but n’est pas la collecte du contenu des communications, mais bel et bien de dresser un portrait robot de chaque individu en constituant d’immenses bases de données. Le jour on on veut « enquêter » sur une personne suffit juste de ressortir « son dossier ». Les enquêteurs auront ainsi une véritable cartographie de votre vie en ligne. Les adresses IP d’où vous vous connectez, les personnes avec qui vous avez pour habitude de communiquer, les lieux que vous fréquentez et enfin les sites que vous visitez. Bref les citoyens Britanniques sont tous des terroristes, pédophiles, criminels potentiels. Mais je mets ma main au feu que nombre de nos dirigeants européens rêvent d’un tel système.

Argument avancé par le Home Office (équivalent de notre ministère de l’intérieur) : Protéger les habitants…

Des questions sur le DPI je vous invite à lire les excellents articles sur Reflets. Un Blog qui nous éclaire également sur les systèmes de surveillance, celui de Manach.

Me saoulent…

J’ai découvert il y a quelques jours via twitter, une affaire nauséabonde concernant une fois n’est pas coutume nos élus voyous. Je vous mets donc un petit lien sur l’affaire :

http://www.monputeaux.com/2012/03/proces-elus-ump-en-hlm.html

Ils nous emmerdent…

Quelques trucs qui me gonflent, n’ayant pas trop de temps en ce moment pour développer ces sujet je les poste en vrac :

 

  • Le FBI demande aux éditeurs de logiciels US de mettre des petites backdoors dans leurs softs.
  • Amesys béta-testait le Deep Packet Inspection sur des chercheurs français… qui ont inventé le Deep Packet Inspection. (source)
  • La Belgique a demandé à ses FAI(Telenet et Belgacom) de bloquer The Pirate Bay. Pas d’affolement amis Belges, ils ont trouvé une adresse de secours : depiraatbaai.be.
  • C’est validé par le gouvernement. Les opérateurs mobile pourront continuer à faire de la publicité mensongère en vendant de l’illimité qui n’en est pas. Selon Frédéric Lefebvre, cette limitation permettrait d’éviter des abus comme utiliser son téléphone comme écoute bébé…

La girouette d’Hadopi

Alors que le programme  socialiste prévoit la suppression de l’Hadopi, François Hollande joue l’amnésique sur le sujet et retourne sa veste au gré des jours et des interlocuteurs. Selon l’ARP, il se serait même engagé à ne pas supprimer la loi. Manœuvre politique en attendant les résultats de la primaire ? Je pense que ce monsieur cherche à nous enfumer  pour mieux nous enfiler une fois au pouvoir. Sinon comment justifier une telle ambiguïté si ce n’est pour ménager l’électorat des deux camps et ainsi grappiller quelques points pour les primaires socialistes et par la suite les présidentielles ?

Alors soit M. Hollande nous fait un bel exercice de manœuvre politicienne comme on y est habitué dans la sphère du pouvoir, soit il n’a pas d’avis tranché sur la question.  Mais dans ce cas M. Hollande quand quelqu’un n’a pas d’avis sur une chose le mieux est qu’il commence par fermer sa gueule…

Previous Older Entries

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 1 autre abonné